Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Urszula Mikos 

Metteur en scène,scénographe formatrice

 

Après des études de philosophie et d’histoire de l’art à l’Université Jagiellone de Cracovie, Urszula Mikos rencontre Tadeusz Kantor, Jerzy Grotowski (en dirigeant une série de stages d’après sa méthode), Maciej Prus (metteur en scène du Théâtre National de Varsovie), et Malgorzata Dziewulska (disciple de Grotowski) avec laquelle, elle participe à l’un des plus grands festivals MMMM - musique et théâtre expérimentaux.

En 1986, elle arrive en France en tant que réfugiée politique.

Elle y poursuit des recherches théâtrales à l’Université de la Sorbonne (troisième cycle) et devient correspondante des ateliers internationaux de Michael Tchekhov.

Dans son parcours théâtral elle rencontre Matthias Langhoff, Robert Wilson, Peter Stein, Piotr Fomienko...

 

Urszula Mikos signe ses premières mises en scène en France en 1988 avec L’île Prison d’Athol Fugard et Yvonne, Princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz. Elle s’attache à découvrir des textes inconnus en France et collabore de manière régulière avec des auteurs contemporains tels que Boguslaw Schaeffer, Janusz Glowacki , Louis Cervin ou Laurent Contamin. Elle découvre et fait connaître au public français Oleg Bogaev avec La poste populaire russe, Boguslaw Schaeffer avec Quartette, Janusz Glowacki avec Antigone à New York pièce publiée aux éditions Théâtrales dans sa traduction et récompensé par le Prix SACD du Meilleur spectacle de l’année 1997 dans la catégorie des Petites Scènes et le Grand prix spécial du jury de Etudiants et Théâtre. Ella a obtenu aussi Le Grand prix des rencontres Charles Dullin pour Trio de B. Schaeffer joué une centaine de fois.

 

Composition hallucinante sur l’essence même du théâtre… épatant objet théâtral non identifié. On est plus proche ici du free jazz que de l'harmonie (LIBERATION - Maïa Bouteillet) Heureusement, il y a encore des gens assez « frappadingues » pour s’attaquer à des pièces difficiles,  voir « impossibles » et réussir l’exploit de captiver le public. Pour preuve : le « trio », d’après Schaeffer magistralement monté par Urszula Mikos,...  (A NOUS PARIS) un théâtre encore inconnu en France (...) Véritable composition instrumentale à six mains, trois corps en mouvement et trois voix (...) « Trio » est une forme résolument novatrice où l'humour côtoie sans complexe la poésie. La qualité de la mise en scène d'Urszula Mikos et le talent des comédiens - tant pour l'improvisation que pour l'interprétation stricte de cette partition théâtrale originale - en font un spectacle remarquable et étonnant  (LA REVUE DU SPECTACLE - Gil Chauveau) un théâtre encore inconnu en France(...) c’est à la métaphysique (...) que s’attaque Urszula Mikos en nous donnant à voir et entendre Trio. (...) (RADIO LIBERTAIRE) c’est toute l’absurdité du monde qui ici se trouve contenue. Heureusement soutenue par une connaissance à toute épreuve du théâtre… (LE SOUFFLEUR) dans ce genre de théâtre intellectuel où l’œuvre est objet de réflexion autant que réflexion sur le monde, il est difficile de faire mieux. (FIGAROSCOPEAttention ce Quartette là a la musicalité et le rythme d’un électrochoc ! (l’Avant-Scène Théâtre - Hélène Kuttner)

 

Elle crée également en France deux pièces fondatrices de l’art dramatique polonais: Kordian de Juliusz Slowacki (dans le rôle de Kordian, Pierre-Felix Gravier dans la première version et Olivier Werner dans la deuxième version), Comédie non divine de Zygmunt Krasinski, et clôt sa trilogie romantique par la création Hérodiade / Hero died de Laurent Contamin.

 

La mise en scène d'Urszula Mikos déploie des trésors d'ingéniosité pour passer du réel à l'imaginaire. Voix off, films projetés, bande-son entre hard rock et chants orthodoxes et nec plus ultra, l'image des acteurs filmés en simultané est projetée sur 2 écrans géants : Effet dramatique garanti d'autant plus que le jeu des comédiens est à la hauteur des ambitions du spectacle... /... Pari tenu donc pour un spectacle hors normes qui aura mis une technique de pointe au service de la dramaturgie. A mille lieues d'un faire-valoir ou d'un effet de mode, vidéo et bande-son auront marqué d'une pierre blanche l'itinéraire d'un spectacle phare de la saison de l'Atelier du Rhin. (L'Alsace - Dominique Feig)

Avec « Hérodiade / Hero died », Urszula Mikos bouleverse les code théâtraux grâce à l’originalité de la mise en scène. La distance protocolaire entre la scène et la salle est abolie : les comédiens circulent librement dans l’espace scénique. En ajoutant une projection vidéo et des images à l’arrière du décor – comme un aparté – l’intimité des personnages se dévoile au spectateur. Ils dictent leurs inquiétudes, leurs envies, leurs espoirs. (Marianne en ligne, Mélanie Camoin, le 28/05/07).

La mise en scène déconstruit la linéarité  de la pièce, met la froideur de la technologie au service d'un propos fougueux, abolissant la frontière entre réel et imaginaire. Les ombres de Kantor et de Grotowski planent sur ce spectacle sombre,, étrange et fiévreux. (Zurban)

Les arts de la scène au service des pauvretés de l’ambition humaine. …il y a dans ce splendide amoncellement et surtout dans sa mise en œuvre, un côté célébration liturgique, grande messe laïque…nous sommes ici dans un moment fort, crucial, le spectacle de nos propres comportements, de nos calculs, de nos errances, de notre vanité destructrice… et qui n’en finissent pas. En sortant de ce lieu, je me suis dit que, peut-être, les marches que je remontais pour retrouver la rue étaient celles du théâtre Jean Vilar et que j’y avais vu un morceau de moi-même que je n’avais osé fréquenter. (Ecrit par : Le temps au temps le 10/01/05)

 

Elle travaille également à la redécouverte de quelques auteurs tels qu'Henri Lenormand, dramaturge de Pitoëff en mettant en scène Le lâche.

 

Parallèlement, elle poursuit un travail d’expérimentation théâtrale avec des spectacles-installations prenant le titre général des UBERYOU, construits à partir de textes dramatiques et non dramatiques (Thomas Bernhard, Sarah Kane, Louis Cervin, Sibylle Berg, Danil Harms, Samuel Beckett, Jean-Paul Curnier, Kurt Schwitters, Gao Xijang…) comme Quatre femmes, Caméléon, Pourquoi cette comédie tous les jours?, Machine à désespoir, Le Manque, Scénario pour trois performeurs, 3X1.

 

Avec Olivier Cohen, elle développe un important travail sur le théâtre musical, collaborant avec des compositeurs tels que Jean-François Alexandre, André Serre-Milan, Vincent Bouchot et des ensembles tels que TM+, le trio Allers-retours, l’Ensemble Orchestral de Paris dans L’homme à l’orchestre avec Quintin Baillot au Centre Wallonie Bruxelles, La guerre des voyelles et des consonnes avec Philip Vieux au Festival de Musique à Nanterre et Scali Delpeyrat à l’Opéra comique ou Terra Incognita au Festival Musique en Scène de Lyon et à La Criée de Marseille.

 

Depuis plusieurs années, elle mène une recherche sur les méthodes de formation du comédien (dont la Biomécanique, les partitions Schaefferiennes) et crée sa propre école : L'Acteur Instrumental. Elle met en spectacle la biomécanique pour la première fois en France dans la création Hommage à Meyerhold.

 

« Dans ses choix de textes apparaît une sensibilité au antihéros, à la solitude et à l’atmosphère délétère de notre temps : « Urszula Mikos trahit une profonde compréhension du tragique de l’homme d’aujourd’hui » A. Kumor, RFI

  « Une interrogation sur l’intrusion vampirisante de l’image filmée sur la scène théâtrale oriente les derniers projets d’Urszula Mikos. Le théâtre peut-il encore ignorer la dimension technologique de la représentation médiatique ? L’acteur est confronté physiquement à un redoublement de son action. Il pense jouer, alors que « son jeu est déjà fait. L’image qui s’imprime sur l’espace scénique capture ses initiatives, l’empêche d’exister, de se (dé)placer, de parler. Conditionnement idéologique, elle définit l’homme moderne malgré lui. Hérodiade 2007 de Laurent Contamin est dans la continuité de Kordian de Juliusz Slowacki et de Comédie non Divine de Zygmunt Krasinski, les deux précédentes mises en scène d’Urszula Mikos : la critique de l’autoritarisme de l’image y est dirigée contre l’époque qui l’a produite. Le libéralisme a remplacé le tsarisme et le marxisme en véhiculant une même coercition par l’image autorisée. Urszula Mikos révèle la condition iconique de l’acteur. »

Alexandre Wong – Cassandre

 

 

Mises en scène

 

2013: Trio 2013 de Boguslaw Schaeffer à la Fabrique Mc11

 

2011- 2012: Spécimens humains avec monstres d'Alice Zéniter à la Fabrique Mc11 

 

2010: Hamlet 2010 adaptation d’Urszula Mikos d’apres Wiliam Shakespeare à la Fabrique Mc11

 

2008: Antigone à New York de Janusz Glowacki au Proscenium

 

2007: Hérodiade / hero died de Laurent Contamin - au Centre Culturel Boris Vian des Ulis, puis en mai  au Théâtre Le Proscenium à Paris. La guerre des voyelles et des consonnes d’Olivier Cohen – en mai 2007 à l’Opéra Comique de Paris, avec l’ensemble orchestral de Paris

 

2006: L’homme a l’orchestre de Louis Cervin au théâtre 13, Paris

 

2005: La guerre des voyelles et des consonnes d’Olivier Cohen à la Maison de la Musique de Nanterre

 

2004 - 2005: Comédie non divine de Zygmunt Krasinski, au Centre Wallonie-Bruxelles. Uberyou 3 exposition 2005 – scénario pour trois performeurs d’après l’œuvre de Boguslaw Schaeffer et les textes de Sarah Kane, Jean-Luc Lagarce, Sibylle Berg, Thomas Bernhard, Danil Harms, Samuel Beckett, Didier-Georges Gabily, Jean-Paul Curnier, Kurt Schwitters, Gao Xijang.

 

2003: Uberyou 2 d’après les textes de Louis Cervin, Thomas Bernhard au Proscenium

 

2002- 2003: Kordian de Juliusz Slowacki au Centre Wallonie-Bruxelles, Théâtre des Ulis, Centre Dramatique Régional de Colmar

 

2002: Terra Incognita d’après la musique de André Serre-Milan au Festival Musique en Scène de Lyon et à  La Criée de Marseille. Le manque de Sarah Kane au Proscenium

 

2001: La poste populaire Russe de Oleg Bogaev au Proscenium. Uberyou 1 "machine à désespoir" d’après l’œuvre de Thomas Bernhard au Proscenium. L’homme à l’orchestre de Louis Cervin à l’Espace Kiron et en tournée.

 

2000: Trio de Boguslaw Schaeffer au Proscenium. Défis, impossibilités et autres embûches de Bernard da Costa au Proscenium.

 

1999: Le Lâche de M-H. Lenormand au Proscenium

 

1998: Caméléon d’après l’œuvre de A. Tchékhov au Proscenium et 4x1 de Louis Cervin au Proscenium

 

1997: Antigone à New York de Janusz Glowacki au Proscenium et en tournée. Tchékhov en trois actes d'après trois nouvelles de A.Tchékhov.

 

1996: 4 Femmes d’après Trois Sœurs de A.Tchékhov au Proscenium

 

1992-1996: Créations des élèves de l’école «  L'Acteur Instrumental », En attendant Godot de S.Beckett, Variations sur l’assassinat, l’Impasse, Les poubelles (collage de textes), Lysistrata d’Aristophane, Théâtre de B. Schaeffer, Répétition de B. Schaeffer, la Cantatrice chauve de E. Ionesco

 

1995: Pourquoi cette comédie tous les jours-parcours en 5 chambres dans un immeuble de la rue Legendre d’après les textes de S.Beckett, A. Tchékhov, B Schaeffer

 

1993: Mona Vanna opéra de H. Février d’après livret de M. Maeterlinnck L’Espace Sedirat

 

1992: Quartette de B Schaeffer à l’espace d’Olga Soe

 

1991: Don Quichotte, texte de Louis Cervin, d’après l’œuvre de Cervantès

 

1990: Yvonne princesse de Bourgogne de W.Gombrowicz à l’Espace Legendre 

1988: L’ile-prison de Athol Fugard à l’Espace Legendre.

 

Directrice et Professeur

1996: Fondatrice et codirectrice du Théâtre Proscenium

 

1992-1996: L’école L’ Acteur Instrumental - Centre de formation et de création théâtrale

 

1992: Stage Afdas avec Jan Peszek, l’un de plus importants comédiens et formateurs d’Europe de l’Est autour des textes de B. Schaeffer au Théâtre du Renard

 

1994: Stage Afdas « Les textes de Beckett », particulièrement Play

 

2000: Stage Afdas « Biomécanique » et « l’Acteur Instrumental » Ferme de Trielle (Cantal)

 

2003: Stages AFDAS, « l’Acteur Instrumental » à Lyon

 

1999: Stage à l’Université Paris VIII « Biomécanique »et « Acteur Instrumental »

 

1996 - 2003: Une série de stages autour de textes de Shakespeare, de chekhov, de Beckett, Théâtre Grec, Théâtre absurde, Théâtre quotidien, Sarah Kane et Brad Fraser.

 

1998: Laboratoire du mouvement, espace consacré au développement et à l’exploration de différentes techniques de jeu de l’acteur ; 

trois versions de spectacle de Hommage à Meyerhold en collaboration avec le compositeur Jean-François Alexandre et le groupe de percussionniste FLAC

Présentation de spectacles : 
Les avant-gardes Artistiques Européennes à Tours,
Conférence internationale des philosophes Corps en jeu au Château Vouliez

Rencontre internationale sur Meyerhold au Conservatoire National de Paris 1997

Variation sur Quartette de B. Schaeffer (équipe internationale), III International Workchop sur Michael Chekhov en Angleterre ( ou elle devient correspondante)

 

En Pologne

Comédienne dans un groupe de recherche alternative sous la direction de Malgosia Dziewulska et Piotr Niemiec (disciple de Grotowski et actuellement metteur en scène au théâtre National de Varsovie), participation avec les spectacles ICAR, La mort de Professeur Schlik (création collective et co-écriture de Marek Wojnarowski) dans un des plus importants festivals polonais Musique et Théâtre Expérimental MMMM à Stalowa Wola. Elle devient une intervenante régulière au sein de stages basé sur la méthode de Grotowski auprès des étudiants de Stalowa Wola et Rzeszow. Assistante de Maciej Prus, Opéra de Lodz et Théâtre National de Cracovie, elle profite d’une invitation de groupe effectuée par Grotowski et pour participer à un stage dans son Laboratoire de Wroclaw. Elle participe ensuite aux cours de Tadeusz Kantor pour la 4eme année de mise en scène au Conservatoire National de Cracovie au siège de Cricot 2.

 

Traductions et journalisme

Quartette, Scénario pour trois comédiens, Répétition de Boguslaw Schaeffer

Antigone à New York de Janusz Glowacki, pour la Maison Antoine Vitez - Editions Théatrales.

Kordian de Juliusz Slowacki.

Inquisitoire de Robert Pinget en langue polonaise.

Envoyée spéciale pour 3 journaux polonais à Chicago 

 

 

Olivier COHEN

Artiste associé, dramaturge, directeur artistique et réalisateur audiophonique

 

 

Après des études en Lettres Modernes (Khâgne au lycée Condorcet), une maîtrise et un DEA à l’Université Paris X (sujets axés sur la dramaturgie à la fin du dix-septième siècle), Olivier Cohen s’oriente rapidement vers l’écriture.

 

Auteur dramatique, traducteur et directeur du Théâtre parisien le Proscenium, Olivier Cohen travaille depuis une quinzaine d'années à l'écriture de textes pour enfants. Plus de treize de ces textes ont été créés dans divers secteurs de la production tout public : Zéphyr - aide à la création du ministère de la culture - contes pour marionnettes et ombres, joué au festival In de Charleville-Mézières, puis tournée dans de nombreuses villes de France, Chiffons de Paroles interprété plus de cinq cent fois, l'Homme à l'Orchestre - aide à la création du ministère de la culture à Paris, Nantes, Aix, région parisienne, en tournée en 2005 et repris en 2006 par l’ensemble orchestral de Paris. La Guerre des Voyelles et des Consonnes, créé à la Maison de la Musique de Nanterre par l’ensemble Tm+ sur une musique de Vincent Bouchot et repris à l’Opéra Comique en 2007 par l’EOP… ou Trois notes créé par l’orchestre Pasdeloup et interprété par Jacques Gamblin au théâtre du Châtelet.

 

Depuis 1995, il a développé la plus importante collection d'enregistrements pour enfants, associant grandes voix et compositions contemporaines. Parmi ces enregistrements, l'Arbre et l'Oiseau, Don Quichotte, Le Journal d'un brave chien, Ulysse, Pinocchio, La Planète des Alphas, l'Homme à l'Orchestre, les Contes de Perrault, les Contes de Grimm ou ceux d’Andersen, l'Ombre de Bastien, le Voyage au Centre de la Terre, Robinson Crusoë, le Roman de Renart...  Textes et adaptations interprétés par, entre autres, Fanny Ardant, Michel Aumont, Didier Bourdon, Claude Brasseur, Isabelle Carré, Jean Pierre Cassel, Marion Cotillard, François Cluzet, Michel Duchaussoy, Cécile de France, Catherine Frot, Nicole Garcia, Denis Lavant, Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret, Vincent Perez, Daniel Prévost, Robin Renucci, Claude Rich, Jean Rochefort,  Sylvie Testud, Zabou.... Ces enregistrements ont remporté de nombreux prix dont 12 Coups de cœur de l'Académie Charles Cros ainsi qu’un Grand Prix - le premier remis depuis les années 80.

 

Mais la spécificité de l'écriture d’Olivier Cohen réside depuis quelques années dans sa rencontre régulière avec la création musicale : Un visage, poème dramatique joué régulièrement depuis 2003 est ainsi conçu pour des comédiens et un ensemble musical d'improvisation, ses quatre Variations pour comédiens et placard mêlent jeu théâtral et compositions électro-acoustiques. Pour quelques âmes volées, monologue féminin créé à Radio-France sous forme de lied avec orchestre et 3ème prix au Forum international des compositeurs en 2006, co-écrit avec André Serre Milan. En projet, un conte jazz avec Sylvain Beuf et Silence ! pour voix et orchestre prévu avec l’orchestre de Radio France.

Par ailleurs, Olivier Cohen collabore régulièrement avec Urszula Mikos pour des traductions du Polonais : plusieurs oeuvres de Boguslaw Schaeffer, Kordian de Juliusz Slowacki, Antrigone à New York de Janusz Glowacki publié à Théâtrales, Comédie Non Divine de Zygmunt Krasinski.

Partager cette page

Repost 0
Published by